Amiante et les risques pour la santé

L’amiante est très nocif en cas de respiration, mais ne présente aucun risque en cas de contact avec la peau ou d’ingestion. Quand l’amiante est en  bon état et/ou quand il est présent sous forme lié le risque de santé est très limité. Par contre en cas d’inhalation ; les fibres peuvent pénétrer profondément dans les poumons et les alvéoles pulmonaires. Une fois plantée dans une alvéole pulmonaire elles peuvent provoquer des inflammations et à longue terme un cancer.

Asbestose
Dans les poumons les fibres amiante sont entourés par des tissus conjonctifs. Ceci rend les poumons plus rigides et moins élastiques ce qui rend la respiration plus difficile. L’asbestose en soi n’est pas mortel mais rend les patients plus sensible pour des infections pulmonaires. Le développement de l’asbestose peut prendre plus de 20 ans après expositions aux fibres amiante. Le risque d’asbestose est directement liée à l’intensité et la durée de l’exposions aux fibres.

Plaques pleurales
Les plaques pleurales sont des dépôts fibreux bénins sur la plèvre pariétale causés par une exposition à l’amiante. Leur présence n’augmente pas le risque de cancer du poumon ni de mésothéliome. Elles ne possèdent pas de potentiel de dégénérescence maligne, mais sont un marqueur d’exposition indiquant un risque de développer d’autres maladies causées par l’amiante. La physiopathologie des plaques pleurales est mal connue. Elles apparaissent en général plus de 20 ans après la première exposition à l’amiante. Elles sont très fréquentes, atteignant entre 20 et 60 % des personnes exposées. Il s’agit de la plus fréquente des atteintes causées par l’amiante.

Mésothéliome
Le mésothéliome est une forme rare et virulente de cancer des surfaces mésothéliales qui affecte le revêtement des poumons (la plèvre), de la cavité abdominale (le péritoine) ou l’enveloppe du cœur (le péricarde). Le mésothéliome pulmonaire est causé par l’exposition à des fibres minérales. Les études actuelles permettent d’affirmer sans ambiguïté une relation entre l’exposition à l’amiante et le développement d’un mésothéliome péritonéal. La période de latence est de 25 à 40 ans, donc même aujourd’hui des gens peuvent être diagnostiquée avec cette maladie à cause d’une exposition à l’amiante il y a des dizaines d’années.

Cancer du poumon
Ce cancer est particulièrement menaçant, car il peut plus facilement se propager dans le reste du corps que d’autres types de cancer. En effet, tout le sang passe par les poumons pour être oxygéné, et les poumons sont en contact étroit avec plusieurs vaisseaux sanguins et lymphatiques. Le cancer du poumon est d’autant plus alarmant qu’il est souvent découvert tardivement. Sous certaines conditions le cancer du poumon est dû à une exposition à l’amiante et est reconnu comme maladie professionnelle.

Cancer du Larynx
Le cancer du Larynx peut également être causé par des expositions à l’amiante. Cette maladie a été conclue en 2002 dans la liste des maladies professionnelles. Les études les plus récentes indiquent une augmentation des victimes de cancer du poumon et du cancer du Larynx à cause d’expositions à l’amiante. Cette croissance pourrait atteindre un sommet dans l’année 2020 dans les pays Européens. Une étude médicale britannique estime le nombre des décès à cause de l’amiante les 35 prochaines années s’élèverait à 500 000.

Que faire quand vous avez été en contact avec l’amiante ?
L’amiante est très nocif en cas de respiration, mais ne présente aucun risque en cas de contact avec la peau ou par ingestion. Quand l’amiante est en bon état et/ou quand il est présent sous forme lié le risque pour la santé est très limité. Par contre en cas d’inhalation ; les fibres peuvent pénétrer profondément dans les poumons et les alvéoles pulmonaires. Une fois plantée dans une alvéole pulmonaire elles peuvent provoquer des inflammations et à long terme un cancer. En théorie chaque exposition à l’amiante peut provoquer des complications. Mais en réalité le risque ne devient réel que dans le cas d’expositions de longue durée ou fréquentes et ce avec une haute concentration des fibres libres dans l’air. Le problème c’est que la recherche de certaines maladies liées à l’amiante n’a guère de sens. Des plaques pleurales montrent une contamination avec de l’amiante dans le passé, mais apportent aucune influence à la sante. L’asbestose a pratiquement disparu et concernant le mésothéliome, actuellement, on ne peut pas le retrouver dans un stade précoce et on n’a aucun traitement. La seule maladie où un dépistage médical dans un stade précoce sera utile, est le cancer du poumon. On peut par exemple faire un screening des gens qui remplissent aux critères du Fonds des maladies professionnelles (au moins 10 ans exposition à une certaine quantité d’amiante, dans le cas d’une certaine quantité de particules d’amiante dans les poumons). Certainement quand ils ont l’asbestose ou montrent des autres facteurs de risque.

Contact

 

Source = gezondheid.be
Ce texte est largement basé sur le brochure ‘Asbest: veelzijdig maar levensgevaarlijk’ (amiante, polyvalent mais mortel) du FOD “Volksgezondheid, Veiligheid van de Voedselketen en Leefmilieu”(Santé pubique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement), publié le 1/12/2014, mise à jour le 10/6/2015.